Les Arvernes

Forum de l'alliance Arvernes
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Cêpanous qui écrivont

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nathalie
Astérix
avatar

Nombre de messages : 3760
Age : 55
Peuple : gauloise
Date d'inscription : 06/04/2008

MessageSujet: Cêpanous qui écrivont   Sam 21 Fév 2009 - 16:29

Il y plusieurs semaines, dans une taverne voisine, j'ai découvert ce qu'étaient les RP : " Rôles Play"
Après en avoir lu quelques-uns, je me suis lancée... : oops:

Je cède à la pression de Cohen Wink qui l'a lu et qui estime que cêpajuste de ne pas vous en faire profiter. Je le post ici !

Si vous voulez vous amuser à écrire la suite... ou bien poster votre propre littérature... les pages sont ouvertes cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nathalie
Astérix
avatar

Nombre de messages : 3760
Age : 55
Peuple : gauloise
Date d'inscription : 06/04/2008

MessageSujet: Re: Cêpanous qui écrivont   Sam 21 Fév 2009 - 16:32

Citation :
Nouvelle Aube

Les nuits d’hivers sont toujours longues et froides sur les terres de Maylé.
Elles sont plus interminables et glacées pour Dryade, perdue au cœur de son immense lit. Même la douce tiédeur des peaux de bêtes n’arrive pas à retenir sa chaleur solitaire. …
Parfois son sommeil est agité. Elle cherche sa présence. Ses bras s’étirent et se referment sur le vide de sa si longue absence.
Il est parti avec les hommes du village depuis un mois, malgré les risques encourus à parcourir ces terres hostiles balayées par les tempêtes de l’hiver.
Mais il fallait porter secours aux villages des terres froides. Les hordes Baragos ravageaient et pillaient la contrée.
Et bientôt ils seraient aux portes du village.

L’été dernier elle avait accompagné son homme dans la forêt de Lysandre, aux limites de la contrée et assisté à l’entrevue avec le chef des Baragos.
Femme de la forêt, elle comprenait le langage des animaux, du vent et des plantes, elle savait s’introduire dans les pensées de ceux qui se laissaient capturer par ses yeux verts.
Femme instruite elle avait la repartie aisée et cette intuitive connaissance de ce qui est.

Seule femme présente, elle avait senti la cruauté mais aussi l’arrogance du Baragos ainsi que son étonnement dédaigneux de la voir, elle, une femme traitée d’égale à égale par ses compagnons.
Elle s’était tue, restant en retrait, ses yeux verts plongés dans ceux plus gris que l’acier de leur interlocuteur.
Il avait accepté un pacte de non-agression.

Mais au moment du départ le chef Baragos la frôla, s’arrêta et la dévisagea longuement : yeux gris contre yeux verts.
Elle sut que cet accord ne durerait pas. Elle avait espéré pourtant qu’il passerait l’hiver, leur permettant de trouver l’appui des autres clans des terres de Priska au printemps.

Maintenant la guerre était là.

Le chat noir aux yeux oranges sur le lit, veillait sur ses nuits.
Lorsque sous les peaux il percevait l’agitation de sa maîtresse, son ronronnement s’amplifiait faisant taire le silence. Il cherchait l’unisson avec ses cauchemars. Et quand enfin il avait réussi, lentement, captivant le sommeil de sa Dryade, il redevenait doux murmure pour ramener sa douce maîtresse vers les rivages d’un sommeil apaisé.

Le jours allait poindre, et comme d’habitude Dryade se lève avant.
Sur le pas de la porte elle attend les yeux fermés le premier rayon de ce soleil si lointain à l’horizon.
Brisant le silence de cette aube bleue, le hurlement lancinant d’une louve s’élève.
Si faible dans le lointain, il devient plus fort, plus lugubre et se brise contre le cœur de Dryade.
Elle ouvre ses grands yeux verts sur le premier rayon de soleil, le visage si pale tout à coup.
La louve là-bas, depuis la forêt de Lysandre vient de lui délivrer la nouvelle.
Son regard se porte désormais sur un nouvel avenir ou elle sera définitivement seule.

Il ne reviendra plus. Il est resté, allongé sur la plaine, semblant dormir au milieu de ses compagnons. Rien ne pourra le réveiller.
Maintenant l’astre roi apparaît en entier à l’horizon. Dryade s’en retourne dans la maisonnée.
Au fond de la salle commune elle ouvre le coffre que son père lui a légué.
Elle en sort une large épée. Celle qu’elle gardait pour un fils qui ne viendra plus maintenant.
L’élevant dans l’air par-dessus sa tête, elle lui fait chanter son chant guerrier.

La bas, l’attendent les yeux gris du Baragos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max4x
Obélix
avatar

Nombre de messages : 1345
Age : 30
Peuple : gaulois
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Cêpanous qui écrivont   Dim 22 Fév 2009 - 15:38

Citation :
Inspirant à plein poumon une bouffée d'air glaciale, Gris-d'Acier se tenait là, contemplant le champs de bataille. L'aube ne tarderai pas à pointer, mais aujourd'hui serait un jour de fête et de repos. Le combat avait fait rage cette nuit là, et la plaine immense des terres froides se teintait d'une couleur rougeatre, le sang de ses énemis...

Voilà maintenant dess années qu'il haïssait ces tribus libres refusant de se soumettre à sa volonté. Des années qu'il portait sa haine et son chagrin jusqu'au coeur des batailles, faisant de lui un combattant d'élite.

Mais aujourd'hui l'heure de la revanche avait sonné. Il avait écrasé durant la nuit les dernières résistances groupées dans le domaine des Terres Froides, d'ici quelques semaines, il aurait conquis les derniers villages restants, quelle fierté il en retirait!
Son plan était parfais, partis aux prémices de l'hiver, ses hommes et lui avaient ravagés les terres froides seulement une poignée de semaines, ne rencontrant qu'une résistance mineure.
Tout avait été une question de timing, les névés hivernales ayant repris leurs droits, elles bloquaient les seuls accès possibles aux villages alliés des Terres Froides, ces dernières s'étaient retrouvées acculées et submergées par les hordes de ses fiers Baragos!
Gris-d'Acier jubilait, tout marchait comme prévu, il ne lui restait qu'à traverser le forêt de Lysandre afin d'atteindre les derniers villages libres, situés aux pieds des monts Saphir et Emeraude, toute fuite leur était maintenant impossible, la mort leur tendait les bras, au fil des sabres Baragos, ou dans le froid glacial des neiges éternelles...

Sortant de ses rèves Gris-d'Acier se tourna vers l'Est pour savourer ce premier rayon de soleil aux airs de victoire. Losque celui-ci pointa, un hurlement long, sinistre et déchirant retentit à la lisière de la forêt de Lysandre. Le chef Baragos eut soudain le dos parcourut d'un frisson alors que lui revenait, comme un flash, l'image de deux grands yeux verts, impénétrables, qui lui avaient jadis procuré tant de cauchemar.

Il sut alors que tout n'était pas acquis, il ne savourerait sa victoire uniquement lorsque ses grands yeux verts se refermeraient définitivement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max4x
Obélix
avatar

Nombre de messages : 1345
Age : 30
Peuple : gaulois
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Cêpanous qui écrivont   Dim 22 Fév 2009 - 15:40

Très belle histoire Nath!!

Ca m'a donné envie d'essayer, mais je ne sais pas vraiment ce que ça a donné...
^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nathalie
Astérix
avatar

Nombre de messages : 3760
Age : 55
Peuple : gauloise
Date d'inscription : 06/04/2008

MessageSujet: Re: Cêpanous qui écrivont   Dim 22 Fév 2009 - 16:32

génial !!!
suffit juste de se lancer ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raider 88
Idéfix
avatar

Nombre de messages : 488
Age : 49
Localisation : Vosges (88)
Peuple : Germains
Date d'inscription : 23/01/2009

MessageSujet: Re: Cêpanous qui écrivont   Dim 22 Fév 2009 - 20:47

Clap clap clap Very Happy Joliment raconté et très bien écrit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cêpanous qui écrivont   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cêpanous qui écrivont
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Arvernes :: Taverne :: À la cervoise qui mousse-
Sauter vers: